Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1ère partie)

Remontons à la prime enfance : comme pas mal de monde de ma génération, j'ai commencé une histoire d'amour avec Chantal Goya... 
Une amourette, en fait : ça m'est vite passé...

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1ère partie)

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)


Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)

 

Le lycée...

Trois années, la tête dans le guidon, où j'allais ingurgiter tout ce qui était
guitares plombées avec des poils autour (thrash, speed, heavy metal, punk...)
Oeillères de rigueur, seul le hard-rock (et Noir Désir) trouvait grâce sur les bandes

de mes cassettes vierges :

http://ekladata.com/4FBWkkav3oCCckzoB6Upu63OboY.jpg

 

Echanges de cassettes et de cd, accumulation de plein de groupes mais, attention, pas n'importe lesquels...

Chacun avait son avis à donner : des joutes verbales s'organisaient entre les pro-Metallica et les pro-Guns n' Roses,
des clans s'affrontaient pour savoir si les slips de Manowar étaient en peau de phoque ou en cuir de marcassin

ou bien si Iron Maiden, c'était pas mieux avant.

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)

 

Comme le présent n'étanchait pas assez mon insatiable soif de découverte,
c'est vers le passé, à la source de la musique aimée que j'allais aussi m'abreuver :

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1ère partie)

Grandeur et décadence de mes goûts musicaux (1)

 

 Ce furent trois années intensives pour mes oreilles...
Puis la déferlante Nirvana avait envahi le monde et j'entrai à la fac :
ces deux évènements allaient m'emporter vers de nouveaux horizons musicaux...

  

(la suite ici)

 

bd musique rock metallica the cure vinyle

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau